El Remate, sur les rives du lac Peten

El Remate, un havre de paix sur la route de Tikal

Les quinze heures de minibus nous permettant de relier Todos Santos Cuchumatan à la région du Peten ne pouvaient qu’avoir raison de nous. La sentence fut sans appel: craquage dans un hôtel ++ dans cette bourgade charmante qu’est El Remate: une rue-village, dernière infrastructure sur les rives du lac Peten Itza avant la grande route menant aux sites archéologiques Mayas tant attendus.

Nous atterrirons à la Casa de Don David, un lieu qui vaut clairement le détour, tout comme son propriétaire:

Nous rencontrons David, cet octogénaire américain, débarqué il y a plus de 40 ans dans la région de manière plutôt cocace: David était dans une autre vie gestionnaire d’un zoo en Floride qui s’était aventuré au Guatémala, à la recherche d’animaux exotiques. Il est parvenu jusqu’en Peten, se perdit et n’est jamais reparti! A l’époque, on le surnomma « El Gringo Perdido », un sobriquet qu’il utilisa pour nommer son premier hôtel.Puis, il a conçu ce second hôtel de ses propres mains, avec notamment cette plateforme panoramique, reliée à la réception par une nacelle qui vous apportera des boissons sur commande ! Lunaire mais tellement adapté après notre épique traversée du Guatémala collés-serrés dans un minibus de 15 personnes.

La vue sur le lac Peten Itza est superbe et reposante…

Quoi de plus symbolique pour nous que cet arbre du voyageur pour conclure cette belle journée ?

Les pontons du Lac Peten Itza

Persuadés que la principale attraction du coin seraient les sites archéologiques Mayas, le lac Peten Itza, son eau translucide et chaude, ses pontons publics tous les 100 mètres constituent une bien belle surprise!

Sans trop tergiverser, nous rajoutons une journée de plus dans le Peten, pour barboter dans ce lac, sous ce soleil de plomb et cette chaleur écrasante.

Une eau à trente degrés, il faisait même parfois plus chaud dans l’eau que dehors…

Nous rencontrerons sur ce ponton Nico, un baroudeur français, en vadrouille en Amérique Centrale, qui nous raconte son périple au « Nica », le Nicaragua où il faut absolument aller avant que le tourisme de masse ne prenne le dessus ! Puis, nous cassons la croûte chez un couple de Français qui a tout plaqué pour construire sa Guesthouse au bord du lac et proposer le gîte et le couvert.

Une chose est sûre, le trajet de la veille est définitivement oublié et nous abordons la suite du voyage bien plus sereinement avec cette halte paradisiaque. Nous recommandons El Remate comme stopover avant Tikal, un arrêt bien plus paisible que l’île de Flores.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X